Viticulture - Agrauxine
18883
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18883,page-child,parent-pageid-18870,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_popup_menu_text_scaledown,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Viticulture

Le Biocontrôle et la Biostimulation pour la Viticulture

 

Limiter les intrants phytosanitaires tout en maintenant une productivité et une qualité supérieure à la vendange, est un enjeu majeur pour la filière viti-vinicole. Il s’agit notamment de faire évoluer les pratiques à travers des solutions complémentaires ou de substitution qui apportent une performance technique et économique aux viticulteurs.
Face aux maladies fongiques que sont le mildiou, l’Oïdium, le Botrytis ou l’ESCA/BDA, les biofongicides issus de micro-organismes constituent des outils efficaces pour déployer de nouvelles stratégies de protection intégrée au vignoble. En complément, les biostimulants permettent entre autre de favoriser la floraison, de sécuriser la nouaison et de garantir un développement optimal des grappes.
vigne_circle

Les maladies du bois de la vigne (Esca, Black Dead Arm, Eutypiose)

 

Préoccupation majeure des viticulteurs, les maladies du bois de la vigne mettent en péril la pérennité des vignobles.

Le champignon Trichoderma atroviride I-1237 antagoniste de nombreux pathogènes présents dans l’environnement des plaies de taille constitue un maillon efficace pour maintenir davantage de ceps sains en production, diminuer la mortalité des pieds, limiter la complantation et ainsi conserver un potentiel de rendement élevé.

Par ailleurs, Agrauxine participe activement, avec l’ensemble de la filière, à de nombreux travaux de recherche (prophylaxie, génétique, substances actives,…) pour améliorer et développer de nouvelles méthodes complémentaires.

Découvrez Esquive®, la solution biocontrôle d’Agrauxine en viticulture 

vigne_cercle2

Les principales maladies en végétation (Mildiou, Botrytis, Oïdum)

 

Très nuisibles au développement de la vigne, les maladies fongiques nécessitent un programme de traitement adapté pour contenir la pression des pathogènes présents. Cela permet de garantir le rendement et la qualité des baies à la vendange. Limiter l’utilisation de substances chimiques et la présence de résidus dans les raisins constitue un objectif majeur à atteindre pour les viticulteurs voir plan Ecophyto 2.

Certains produits à base de micro-organismes sont particulièrement adaptés à ces contraintes et s’intègrent naturellement dans des programmes conventionnels de protection de la vigne.

vigne_cercle3

Les biostimulants, des boosters de la vigne

 

Les produits biostimulants dérivés de micro-organismes comme les levures sont développés pour leurs aptitudes à augmenter le rendement et la qualité de la vendange. Ils agissent directement sur les processus de développement physiologique et viennent complémenter la fertilisation classique en procurant de nouveaux avantages techniques. En effet, ces technologies agissent sur :

 

– Le poids et l’homogénéité des grappes

– La coloration des baies après véraison

– Le taux de sucres des baies (en lien avec le futur degré d’alcool)

– Les qualités organoleptiques des vins

 

Certains produits de biostimulation ont la capacité d’atténuer l’impact des stress abiotiques aux stades sensibles de la vigne qui engendrent des déséquilibres à la floraison/nouaison. Ces phénomènes provoquent l’hétérogénéité des baies sur la grappe, une perte de rendement et une qualité inférieure à la vendange.

Découvrez Pushy®, biostimulant foliaire pour la vigne